Maladies et ravageurs des arbres fruitiers et baccifères

Maladies et ravageurs des arbres fruitiers et baccifères


Rouille grillagée du poirier

Rouille grillagée du poirier

Cette maladie se manifeste sur les feuilles du poirier par l’apparition de taches vives de couleur jaune orangé, qui s’étendent selon un motif grillagé. Sur le revers des feuilles germent les spores du champignon et se forment des pustules brunes. L’infection surgit au printemps en passant par l’hôte intermédiaire, le genévrier. Les spores sont disséminées par le vent et par temps humide. Pour prévenir et atténuer l’infection, il est conseillé de ramasser et brûler les feuilles fortement attaquées.

 

Vers les produits


Anthonomes

Anthonomes

(fraisiers et framboisiers, parfois rosiers)

Fleurs fanées et pédoncules pliés, voilà les dégâts causés par ces charançons noirs d’environ 2,5 cm, qui pondent leurs oeufs dans les boutons floraux. Les larves blanches apodes se nourrissent des pédoncules en passant par les bourgeons. Pour les espèces végétales à floraison abondante, l’attaque peut être plus tolérée: les fruits seront ainsi moins nombreux, mais plus gros. Si, par expérience, on s’attend à un envahissement plus important, il convient de traiter peu avant la floraison.

 

Vers les produits


Phalènes hiémales

Phalènes hiémales

(fruits à pépins et à noyau ainsi que divers feuillus)

Pouvant atteindre 2,5 cm et se déplaçant de façon ondulante, les chenilles des phalènes mangent les bourgeons foliaires et floraux puis tout le feuillage, créant ainsi de véritables ravages. Seuls les papillons mâles sont réellement ailés, tandis que les femelles de 6 à 7 mm, brunes et pourvues de longues pattes, sont incapables de voler. Dès la fin d’octobre, elles sortent de leur cocon enfoui dans le sol et grimpent sur le tronc pour déposer leurs oeufs dans les fissures de l’écorce, des oeufs rouges où les larves passent l’hiver. Au printemps jusqu’aux alentours de juin, les chenilles se nourrissent, puis se terrent à nouveau dans le sol pour se changer en chrysalides. La lutte contre ces parasites doit être stratégique:

  1. anneau de glu anti-chenilles pour capturer les femelles.
  2. huile d’hiver contre les oeufs.
  3. traitement direct contre les chenilles.

 

Vers les produits


Vers des framboisiers

Vers des framboisiers

Les chenilles des vers des framboisiers déposent leurs oeufs sur les fleurs des framboisiers. Ils donnent alors naissance à des larves d’environ 6 à 8 mm qui restent nichées dans les framboisiers pour se nourrir du fruit. Les larves sont souvent désignées par le terme de vers. On remarque généralement les ravages après la récolte des fruits.

 

Vers les produits


Cloque du pêcher

Cloque du pêcher

Les feuilles s’épaississent et se boursouflent, tandis que leur couleur s’altère, allant du pâle au rougeâtre. Elles se dessèchent et tombent prématurément. Les fruits infectés présentent également des boursouflures. En cas d’attaque violente, il y a risque élevé de gommose pouvant entraîner la mort de l’arbre. Le champignon passe l’hiver dans les fissures de l’écorce et les bourgeons foliaires. L’infection se déclare au début du printemps, avant même l’ouverture des bourgeons, favorisée par la fraîcheur et l’humidité. La réceptivité dépend de l’espèce.

 

Vers les produits


Moniliose

Moniliose

(fruits à pépins)

Moniliose des rameaux et des fleurs: par temps froid et humide, les fleurs et les pousses meurent soudainement. Pourriture brune des fruits: la pourriture se concentre sur les parties mûres ou mûrissantes des fruits. Des spores circulaires claires du champignon se forment sur les fruits. Ceux-ci se ratatinent. En cas d’attaque fongique tardive, les fruits ne commencent à pourrir qu’une fois entreposés.

 

Vers les produits


Maladie des pochettes du prunier

Maladie des pochettes du prunier

Les fruits atteints se déforment en pochettes farineuses et flétries. La chair reste verte et dure, tandis qu’un espace vide se forme à la place du noyau. Ces déformations sont appelées des pochettes. Cette maladie est imputable à un champignon qui passe l’hiver dans les fentes de l’écorce et s’attaque au réceptacle des fleurs au printemps. L’infection est importante notamment durant les années fraîches et humides.

 

Vers les produits


Phytoptes de l’érinose de la vigne

Phytoptes de l’érinose de la vigne

La succion exercée par les phytoptes de l’érinose de la vigne forme des ondulations sur la surface des feuilles. Au revers des feuilles, on trouvera des surfaces feutrées blanches ou rougeâtres. On confond souvent le phytopte de l’érinose de la vigne avec le mildiou. Contrairement au phytopte, le passage du mildiou laisse place au dessèchement des zones touchées.

 

Vers le produit


Maladie des rameaux des framboisiers et des mûriers

Maladie des rameaux des framboisiers et des mûriers

Des taches violettes surgissent sur les jeunes rameaux, les bourgeons et les feuilles naissantes. Au printemps, les bourgeons se développent mal ou pas du tout. Le champignon attaque tout le rameau, s’ensuit alors la mort de l’écorce qui prend une couleur gris argenté. Outre les traitements fongicides, il est nécessaire, après la récolte, de tailler à hauteur du sol les rameaux atteints et de les brûler, étant donné que les spores survivent longtemps sur les matières végétales mortes.

 

Vers les produits


Tavelure des fruits à pépins

Tavelure des fruits à pépins

C’est la principale maladie des pommiers et poiriers, avec pour conséquence la chute des feuilles et des fruits, l’aspect peu appétissant de ces derniers et leur conservation limitée. Les spores hibernent sur les parties infectées (pousses et feuilles tombées), puis s’attaquent aux arbres par temps humide, une fois le printemps revenu. Les feuilles se couvrent de points semblables à des taches de rousseur. Quant aux fruits, ils présentent de petites taches sombres qui se répandent rapidement. Les parties infectées se déchirent et libèrent de nouvelles spores qui déclenchent d’autres infections. La réceptivité est fonction de l’espèce.

 

Vers les produits


Maladie criblée des fruits à noyau

Maladie criblée des fruits à noyau

Les feuilles se couvrent de taches bordées de rouge qui se dessèchent, se désagrègent pour finalement cribler le feuillage de trous. Les cerises infectées, qui présentent des taches brunes renfoncées, se ratatinent. Les fruits dépérissent. Les pêchers peuvent être atteints au niveau des jeunes pousses. Ils sont aussi couverts de taches bordées de rouge et atteints de gommose. Si l’infection se propage à toute la pousse, la partie supérieure meurt. La maladie hiberne dans les fissures de l’écorce et sur les fruits restés attachés à l’arbre. Du printemps à l’été, la pluie favorise le développement de nouvelles infections.

 

Vers les produits


Rouille du prunier

Rouille du prunier

(pruniers et quetschiers, plus rarement abricotiers, pêchers et amandiers)

L’anémone joue le rôle d’hôte intermédiaire pour ce type de champignon, dont le cycle vital est par conséquent de deux ans. Il envahit les arbres fruitiers au printemps en couvrant le dessus des feuilles de petites taches jaunes et le revers des feuilles de pustules couleur rouille, à l’origine d’autres infections de juillet à août. En cas d’attaque virulente, les feuilles meurent et tombent, et la maturité des fruits laisse à désirer, surtout pour les espèces tardives.

 

Vers les produits


Aperçu de notre recherche de produits phytosanitaires