left center right
comp_ratgeber_pflanzendoc_allg_krankheiten_css

Pflanzendoktor_AllgKrankheiten_Schaedlinge_Intro

Maladies et ravageurs

Déterminez les symptômes avec les termes suivants
Acariens, Altises, Courtilières, Fourmis, Limaces, Maladies des taches foliaires, Mildiou, Mineuses du châtaignier, Mouches blanches (aleurodes), Oïdium, Otiorrhynques, Plaies des arbres, Pucerons, Rouille des feuilles, Sciarides, Souris dans la maison, Thrips

comp_ratgeber_pflanzendoc_allg_krankheiten_ameisen

Acariens

(tétranyques tisserands et araignées rouges – plantes ornementales, légumes, vignes, arbres fruitiers et baccifères)

La sève des plantes pompée par les acariens fait que le dessus des feuilles et des pétales se couvre de mouchetures claires. En cas d’envahissement important, les feuilles se dessèchent. Sous les organes foliacés, les acariens jaunes / verts ou rougeâtres de max. 0,5 mm sont visibles à la loupe. Sous une fine toile se trouvent de minuscules oeufs vitreux. Les acariens prolifèrent par temps chaud et sec. Les femelles adultes passent l’hiver dans les fentes des échalas et de l’écorce des arbres. En pleine nature, on trouve des acariens prédateurs de taille un peu près identique et d’autres organismes utiles qui aspirent les tétranyques tisserands et leurs oeufs. L’utilisation ciblée de produits phytosanitaires permet d’épargner ces organismes utiles.

comp_ratgeber_pflanzendoc_allg_krankheiten_baumwunden

Altises

(fleurs et légumes)

Les dégâts sont surtout causés aux plants après l’ensemencement ou la plantation. Les feuilles se criblent d’abord de petits trous ronds qui s’agrandissent petit à petit. Par temps sec, les plants «repliés sur eux-mêmes» sont particulièrement en danger. L’arrosage et l’aération du sol renforcent les plants et perturbent les altises. Si l’on touche légèrement la plante, les altises (coléoptères de 2 à 3 mm, à rayures brillantes noires et jaunes) s’éloignent en sautant.

comp_ratgeber_pflanzendoc_allg_krankheiten_blattflecken

Courtilières (taupes-grillons)

(dans les jardins ornementaux et potagers)

Ce grillon impressionnant, de 4 à 6 cm de long, est de couleur foncée. Il se distingue par ses pattes avant fouisseuses, très robustes. Elles lui permettent de creuser des passages atteignant l’épaisseur d’un doigt sous la terre, où elle se fait un nid de la taille du poing. On peut entendre le chant des courtilières mâles en juin et de fin juin à juillet. La femelle pond quelques centaines d’oeufs dans le nid. En creusant, la courtilière provoque le déracinement des jeunes plants et avec ses larves, elle cause des dommages en dévorant les racines des plantes.

comp_ratgeber_pflanzendoc_allg_krankheiten_blattlaeuse

Fourmis

(gazon, sentiers et places)

Les fourmis ne sont pas des ravageurs à proprement parler, mais plutôt des insectes importuns. Elles vivent en colonies, dans un réseau de galeries souterraines ou d’autres cachettes. N’étant pas des prédateurs spécialisés, les fourmis se nourrissent principalement d’insectes mais sont aussi friandes d’aliments sucrés. Elles lèchent le miellat évacué par les pucerons dont elles chassent les ennemis.

comp_ratgeber_pflanzendoc_allg_krankheiten_dickmaulruessler

Limaces

(gazon, parterres de fleurs et de légumes)

Les différentes espèces (limaces agrestes grises ou rouges) mangent de préférence les tissus végétaux tendres et laissent une trace de bave brillante derrière elles. Sortant la plupart du temps la nuit ou par temps pluvieux, les limaces sont hermaphrodites ( bisexuées), raison pour laquelle elles peuvent proliférer rapidement et devenir une véritable plaie.

comp_ratgeber_pflanzendoc_allg_krankheiten_echter-mehltau

Maladies des taches foliaires

(rosiers, plantes et arbustes décoratifs, arbres fruitiers, baccifères et légumes)

Diverses maladies fongiques relèvent des taches foliaires. En règle générale, ces taches sont délimitées par une bordure claire. Semblables à de petits points noirâtres, les sporanges sont visibles à la loupe. La plupart du temps, les champignons s’en prennent d’abord aux feuilles plus anciennes. En cas d’attaque violente, elles jaunissent complètement et meurent. Il y a un risque d’infection par temps humide prolongé ou en cas de forte rosée.

comp_ratgeber_pflanzendoc_allg_krankheiten_erdfloehe

Mildiou

(rosiers et autres plantes décoratives, vignes et divers légumes)

Contrairement à l’oïdium, l’attaque du mildiou est visible seulement au revers de la feuille au début. Observé à la loupe, le mildiou a un aspect de moisissure blanche. Ce n’est qu’au moment où la maladie gagne du terrain qu’apparaissent également sur le dessus des feuilles des taches informes, décolorées et limitées par les nervures. Il y a risque d’infection par temps chaud et humide.

comp_ratgeber_pflanzendoc_allg_krankheiten_falscher-mehltau

Mineuses du châtaignier

Les femelles des mineuses du châtaignier pondent leurs oeufs sur la surface des feuilles du marronnier. Une fois les oeufs éclos, les larves creusent des galeries à l’intérieur des feuilles dont elles se nourrissent. Des tâches marron se forment alors sur les feuilles qui tombent prématurément dès l’été. Chaque année, la mineuse du châtaignier peut donner naissance à plusieurs générations. Le parasite hiberne dans les feuilles.

comp_ratgeber_pflanzendoc_allg_krankheiten_kastanienminiermotten

Mouches blanches

(plantes ornementales d’intérieur, de balcon et de jardin, légumes et arbres baccifères)

Semblables à des papillons et couverts d’une poussière blanche, ces insectes de seulement 2 mm se mettent de préférence au revers des feuilles pour en pomper la sève. Si l’on touche légèrement la plante, les mouches blanches s’envolent. En cas d’augmentation de la température, elles prolifèrent en masse. Leur activité affaiblit les plantes, dont les feuilles peuvent jaunir en cas d’envahissement important. Leurs excrétions sucrées salissent les plantes et les produits de la récolte (fumagine).

comp_ratgeber_pflanzendoc_allg_krankheiten_maeuse

Oïdium

(rosiers, plantes et arbustes décoratifs, vignes, arbres fruitiers et légumes)

Feutrage blanc d’aspect farineux qui s’étend sur la surface des feuilles et des pétales de fleurs. A la loupe, il est possible de voir l’appareil végétatif filamenteux du champignon (filaments mycéliens). En cas de forte attaque fongique, les parties atteintes brunissent et se dessèchent. Il y a risque d’infection par temps humide et de développement par temps sec.

comp_ratgeber_pflanzendoc_allg_krankheiten_milben

Otiorrhynques

(fleurs, rosiers, arbres ornementaux et baccifères sur le balcon et dans le jardin)

Actifs la nuit, les otiorrhynques font des dégâts parfaitement reconnaissables en dévorant le bord des feuilles. Ces coléoptères noirs d’environ 1 cm pondent leurs oeufs sur les sols humides ou sur le substrat des pots. Les larves écloses se goinfrent des racines des plantes. Elles commencent à se faner. Lorsqu’on les déterre du sol ou d’un pot, on constate souvent que tout le système radiculaire a été dévoré.

comp_ratgeber_pflanzendoc_allg_krankheiten_rostkrankheiten

Plaies des arbres

(des forêts, arbres fruitiers et arbustes décoratifs)

L’élimination des parties végétales malades, la taille des arbres, le gel, les chutes de grêle et les agressions de l’écorce en tout genre, etc. entraînent souvent d’importantes plaies et blessures. Elles doivent être cicatrisées pour empêcher l’eau et les champignons lignivores de pénétrer.

comp_ratgeber_pflanzendoc_allg_krankheiten_schnecken

Pucerons

(plantes d’intérieur et de balcon, rosiers, plantes et arbustes décoratifs, baccifères, fruits et légumes)

Il existe différentes espèces dont la plupart passent leur cycle vital sur un seul hôte végétal. La propagation et le changement d’hôte s’expliquent par les générations ailées; leur mode de reproduction est vivipare (parthénogénèse). Ils causent des dégâts aux plantes en en pompant la sève, principalement sur les feuilles centrales, les jeunes pousses ou les bourgeons. Les feuilles se cloquent et s’enroulent. Le miellat évacué par les pucerons est très apprécié par les fourmis et les abeilles, mais salit les plantes et les produits de la récolte (fumagine).

comp_ratgeber_pflanzendoc_allg_krankheiten_thripse

Rouille des feuilles

(rosiers et autres plantes ornementales, arbres fruitiers et légumes)

La rouille est due à différents champignons qui passent parfois leur cycle vital sur des hôtes alternants. Elle se manifeste d’abord par de petites taches couleur rouille/marron foncé au revers des feuilles. Les pustules du champignon sont visibles à la loupe. A un stade avancé de la maladie, des taches foncées, souvent entourées d’une auréole claire, apparaissent également sur les feuilles.

comp_ratgeber_pflanzendoc_allg_krankheiten_trauermuecken

Sciarides

(plantes ornementales, surtout en pot et en caissette)

Ces mouches sombres de 3 à 5 mm volent souvent en nuée autour des plantes. Elles pondent leurs oeufs sur le terreau à semis ou sur le substrat des pots. Claires comme le verre et à tête noire, les larves de 5 à 7 mm se nourrissent principalement de matières végétales mortes (compost, tourbe, etc.), mais s’attaquent également occasionnellement aux racines des plantes. Les plants et les boutures sont les plus vulnérables. Un arrosage excessif favorise le développement de ces parasites.

comp_ratgeber_pflanzendoc_allg_krankheiten_weisse-fliegen

Souris dans la maison

(souris communes)

Les souris rongent les réserves de légumes. On les reconnaît aux petits excréments ronds qu’elles laissent après leur passage.

comp_ratgeber_pflanzendoc_allg_krankheiten_werren

Thrips

(plantes ornementales d’intérieur, de balcon et de jardin, légumes)

Ces ravageurs pompent la sève des calices et des feuilles sur lesquelles apparaissent d’innombrables petites taches claires qui finissent par se rejoindre et par prendre une lueur argentée. Tout envahissement important entraîne un ralentissement de la croissance des feuilles qui se ratatinent et tombent. Ces insectes de 1 à 2 mm, aux rayures vert clair à vert foncé ainsi que leurs larves vert clair se nichent au revers des feuilles. Comparable à celle des véhicules à chenilles, leur façon d’avancer par saccades est frappante. Il y a risque de forte prolifération par temps sec et très chaud.

comp_ratgeber_pflanzendoc_allg_krankheiten_linie

 


Produits phytosanitaires recommandés

comp_ratgeber_pflanzendoc_allg_krankheiten_schaedlinge_seitenlinkteaser

Vue d’ensemble


comp_ratgeber_pflanzendoc_allg_krankheiten_banner

Monde de Jardin

comp_ratgeber_pflanzendoc_allg_krankheiten_teaser
comp_ratgeber_pflanzendoc_allg_krankheiten_imagemap